Moteur de recherche Nous écrire Plan du site Aide à la navigation Retour à la page d'accueil Participer à un forum S'inscrire à une liste de discussion

Accueil
L'Histoire et Géographie en Martinique

Histoire-Géographie en LP
Les ressources pédagogiques (collèges, Lycées)
 
LES AFFRONTEMENTS DES GRANDES PUISSANCES
ET LA DISSOLUTION DES BLOCS (1945-1991)
G. Dru, Lycée de Rivière Salée, H. Guiose, Lycée du Francois,
Y. François, Lycée Frantz Fanon, Trinité
Premier travail préparatoire:
Objectif: exploiter une chronologie pour établir un plan.

1. identifier à l'aide de votre manuel chaque événement retenu dans la chronologie.
2.repérer et indiquer dans la colonne correspondante les faits se rapportant aux idées suivantes :
colonne 1 : les affrontements Est-Ouest.
colonne 2 : dialogue et accords entre grandes puissances.
colonne 3 : évolution interne des blocs.
3. Surlignez les faits qui vous semblent représenter une rupture, un changement de période.
4. caractériser chacune des périodes ainsi repérées.


Chronologie 1 2 3
Août 1961 : Construction du mur de Berlin.      
Octobre 1962 : Crise de Cuba.      
1963 : Traité de Moscou sur l'arrêt des expériences nucléaires dans I'atmosphère.      
1962-1969 : affrontements à la frontière qui consacrent la rupture sino-soviétique.      
1963/1975: Guerre du Vietnam.      
Mars 1966 : La France se retire du commandement intégré de 'OTAN.      
1968 : Accord sur la non-prolifération des armes nucléaires.      
1972 : Accords SALT 1.      
1973/1975 : Conférence d' Helsinki.      
1975 : Vol spatial américano-soviétique (Appolo / Soyouz).      
1977 : installation de missiles SS 20 en Europe.      
Décembre 1979 : Entrée de troupes soviétiques en Afghanistan.      
Novembre 1983 : Début de l'installation de missiles Pershing 2 en Europe.      
Mars 1983 : Annonce de l'initiative Stratégique de Défense (IDS).      
Octobre 1983 : Les Marines américains débarquent à Grenade.      
Mars 1985 : Arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en URSS : il entreprend la perestroika.      
Décembre 1987 : Traité deWashington sur l'élimination des missiles intermédiaires.      
Février 1988 : Annonce du retrait soviétique d'Afghanistan avant un an.      
Mai-Décembre 1989 : Révolutions dans les pays d'Europe de l'Est : ouverture du rideau de fer en Hongrie, triomphe de Solidarnosc aux élections en Pologne, mur de Berlin ouvert en novembre, N. Ceaaucescu arrêté puis exécuté en Roumanie.      
Décembre 1991 : Dissolution de I URSS. Création de la CEI par 10 des 15 ex républiques soviétiques.      

 

2ème travail préparatoire (en classe) :

élaborer une problématique générale à partir du commentaire d’un montage  de caricatures sur la guerre froide et la détente :

1. Kennedy et Khrouchtchev, caricature américaine de Levine, Bordas p.80.

2.L’afrrontement Est-Ouest, Plantu, Bordas p.80.

3 « Essayons de faire l’amour », Lurie, Tokyo ,Bordas p.183

4. Les deux Grands, initiateurs du désarmement, Plantu, 1987, Bordas p.209

5. « Ich bin ein Berliner », Plantu, nov 1989, Magnard  p.160.

6. „Tis the season to be jolly...“, Herald Tribune, dec 1989, Nathan, p.203.

 Problématique :   Pourquoi et comment est-on passé d’un monde bipolaire où s’affrontent deux superpuissances, deux idéologies, à un monde où les Etats-Unis et le capitalisme semblent avoir triomphé ?

 .Plan :

Thème 1 : La confrontation entre les États-Unis et I’URSS de 1945 à 1985.

1. Une période d’affrontements aigus (1945-1962).

2. Les superpuissances entre dialogue et tensions (1962-1985).

 Thème 2: La dissolution des blocs (1985 à1991).

1. Crise et effondrement du bloc de l’Est.

2. Le triomphe des États-Unis ?

 Thème 1. LA CONFRONTATION  ENTRE  LES ÉTATS-UNIS ET L’URSS DE 1945 à 1985. 


1. Une période d’affrontements aigus (1945-1962).

1.1.   1945-1947 : la dégradation des relations entre les États-Unis et I’URSS.

 Étude de doc : le discours de Fulton.

a. fragilité de la « Grande Alliance » et installation progressive de la tension.

Depuis 1917, les deux systèmes représentés par I’URSS et les États-Unis se sont affrontés. Leur alliance contre l’ennemi commun (le nazisme), pendant la 2è GM ne pouvait être que temporaire. Dès la fin de la guerre, la tension s’installe. Le 5 mars 1946, CHURCHILL à Fulton (EU) parlait déjà de « rideau de fer ». La rupture est consommée en 1947.

 Étude de docs : la doctrine Truman, le plan Marshall, la doctrine Jdanov.

b. La rupture de 1947.

Inquiets de l’expansionnisme soviétique en Europe de l’Est, les États-Unis proclament la nécessité du contaînment (endiguement), le 12 mars 1947, par le discours du président TRUMAN (on parle de doctrine Truman): il s’agit d’endiguer (militairement) la poussée du communisme dans le monde, la CIA est alors créée. L’arme économique qui complète le dispositif c’est le plan MARSHALL. Il s’agit de soutenir économiquement les pays capitalistes affaiblis par la guerre.

Les Soviétiques ripostent par la création du Kominform en octobre 1947: les principaux partis communistes adhèrent au « Bureau d’information des partis communistes ». La doctrine JDANOV est approuvée: le monde est divisé selon Moscou en deux camps diamétralement opposés: le camp « impérialiste » dirigé par les EU et le camp « démocratique et anti-impérialiste »dirigé par l’URSS. La guerre froide se déclenche dans un monde devenu bipolaire.

 

1.2.   La mise en place d’un monde bipolaire : la formation des deux blocs (1947-1949).

Étude de la carte : les deux blocs en Europe au début des années 1950, p203

a.  La formation du bloc occidental.

- Octobre 1947: signature à Genève des accords du GA1T (General Agreement on Tariffs and Trade).

-   Avril 1948: création de I’OECE (Organisation Européenne de Coopération Économique), elle rassemble les pays européens qui veulent recevoir l’aide américaine et elle est chargée de répartir l’aide Marshall.

-    Avril 1949: Les États-Unis, le Canada et l’Europe occidentale signent l’Alliance Atlantique, complétée par une alliance militaire,  l‘OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

 b.  La formation du bloc socialiste.

A l’exception de la Yougoslavie et de l’Albanie, libérées par des partisans, tous les pays de l’Europe de l’Est ont été libérés du nazisme par l’Armée Rouge. L’URSS exploite cet avantage. Les partis communistes locaux occupent des postes clés dans des gouvernements d’union nationale puis ils s’emparent du pouvoir et imposent partout le modèle soviétique dans des pays qui prennent le nom de « démocraties populaires ». En 1949, ils sont intégrés économiquement dans le CAEM (Conseil d’Assistance Économique Mutuelle), puis un peu plus tard, la consolidation militaire du bloc est réalisée dans le Pacte de Varsovie (1955).

Le bloc socialiste est renforcé par l’arrivée au pouvoir des communistes en chine en 1949.

 

1.3 Les grandes crises de la guerre froide.

a. En Europe.

-    Février 1948 en Tchécoslovaquie, c’est le « coup de Prague »: des divergences opposent communistes et modérés, au sein du gouvernement d’union nationale sur la nécessité d’accepter ou de refuser le plan Marshall. Les communistes mobilisent leurs troupes et prennent le contrôle de l’État.

-    Les occidentaux ripostent en Allemagne: ils jettent les bases d’un futur État ouest allemand, en réunifiant leurs trois zones (EU, France, RU), en mettant en place une assemblée constituante, en créant une monnaie commune, le Deutsche Mark. Ces mesures non prévues par les accords de Potsdam, déclenchent la première crise de Berlin (juin 1948-mai 1949). Les Soviétiques coupent les routes et les voies ferrées qui relient Berlin ouest à l’Allemagne de l’ouest. Les Américains contournent le dispositif par un gigantesque pont aérien qui fait échouer le blocus. Les occidentaux créent alors la RFA, les Soviétiques ripostent en créant la RDA.

 b. La guerre froide se déplace en Asie: la guerre de Corée (1950-1953).

Étude de la carte p 204

-    La situation de la Corée est comparable à celle de l’Allemagne : les zones d’occupation soviétique, au Nord du 38è parallèle, américaine, au Sud, se transforment en deux États, l’un pro-soviétique, l’autre pro-américain. En juin 1950, les troupes nord-coréennes envahissent la Corée du Sud. Les Américains qui ne peuvent pas intervenir directement (guerre froide), profitent de l’absence de l’URSS au Conseil de sécurité de l’ONU pour obtenir une intervention armée en Corée. L’armée qui débarque en Corée est en fait une armée américaine sous uniforme des Casques bleus. Elle repousse les Nord-coréens, ce qui déclenche une contre-offensive de « volontaires » chinois. Le front se stabilise vers le 38è parallèle, l’armistice de PAN MUN JOM met fin au conflit (27 juillet 1953). Bilan : 2 500 000 morts.

 

2. Les superpuissances entre dialogue et tensions <1962-1986).

La construction du mur de Berlin (1961) et la crise des fusées à Cuba (1962) sont les deux dernières grandes crises qui ont marqué la période d’affrontements aigus de la guerre froide. La crise de Cuba a fait comprendre aux deux Grands, la nécessité de tout mettre en oeuvre pour éviter tout risque de guerre nucléaire.

 2.1 1962-1975: La détente ou la nouvelle place du dialogue dans la confrontation.

a.  Les facteurs de la détente.

La détente a été favorisée par des acteurs internes:

Dans le bloc soviétique :

  Staline est mort le 5 mars 1953, le XXème Congrès du PCUS s'est prononcé pour la coexistence pacifique entre les systèmes capitaliste et communiste. Le bloc communiste se fissure avec la rupture entre la Chine et I’URSS (1958-1962). Des pays de l’Europe de l’Est (Hongrie, Roumanie, Pologne, Tchécoslovaquie) veulent s’affranchir de la tutelle soviétique, ce qui débouche parfois sur de dramatiques interventions (Budapest 1956, Tchécoslovaquie 1968).

-    Dans le bloc occidental: les EU se trouvent confrontés à de graves problèmes intérieurs : pauvreté, problème noir, contestations de la jeunesse, guerre du Vietnam. Des fissurations apparaissent également dans le bloc ouest: :  la France avec de Gaulle, refuse de s’aligner sur les États-Unis (refus de l’entrée du RU dans la CEE en 1963, retrait de I’OTAN en 1966, discours de Phnom Penh en 1966, discours sur le « Québec libre » en 1967, force de dissuasion...).

La détente a été favorisée par des facteurs externes :

-    La course pour la conquête de l’espace est ruineuse. La course aux armements entraîne des dépenses exorbitantes qui n’empêchent pas cependant l’équilibre de la terreur: les sous-marins nucléaires rendent impossible la destruction simultanée de la totalité des forces de l’adversaire.

 

b.  L’entente entre les deux Grands.

Se manifeste par le « téléphone rouge », les nombreuses rencontres entre les chefs d’État (Nixon ­ Brejnev), le développement de relations commerciales, la coopération scientifique (vol spatial Apollo ­ Soyouz en 1975), les accords militaires:

-    le traité de Moscou (1963) met fin aux expériences nucléaires dans l’atmosphère.

-    1967 : dénucléarisation de l’espace.

-    1968 : non dissémination de l’arme atomique.

-    1972 : SALT1 (limitation des armes offensives stratégiques).

 c.  La détente ne signifie pas la fin de la confrontation.

La confrontation continue sur le front idéologique et dans de terribles conflits périphériques. En Asie du Sud-Est, les Américains soutiennent les forces anticommunistes pendant que les Soviétiques aident activement les mouvements de libération nationale. Au Proche Orient, on trouve les États-Unis aux côtés d’lsraël,  tandis que l’URSS soutient les Palestiniens.

 

2.2 1975-1985 : la « guerre fraîche » ou le retour d’une période de vives tensions..

On parle de retour de la guerre froide pour qualifier cette décennie. Pourquoi ce regain de tension?

 a.  Les revers américains.

A l’extérieur, les Américains subissent de nombreux revers. En 1975, les communistes vietnamiens parviennent à réunifier le Vietnam. 1979, l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeyni en Iran, marque la fin du règne du Shah qui était le principal allié des EU dans la région. Cet échec tourne à l’humiliation lorsque 52 otages de l’ambassade américaine resteront prisonniers pendant 444 jours. L’intervention héliportée qui devait les libérer échoue, ce qui empêche la réélection de Jimmy Carter!  Échec américain en Amérique latine, où les sandinistes prennent le pouvoir au Nicaragua et instaurent un régime socialiste pro-soviétique.

 b.  Les Soviétiques à l’offensive ?

Les Soviétiques envahissent l’Afghanistan en 1979. Les Vietnamiens interviennent au Laos, au Cambodge. Les Cubains sont en Angola, en Éthiopie, à Grenade. Les succès des mouvements de libération dans les colonies portugaises (Angola, Mozambique) sont considérés comme des victoires partiellement soviétiques.

 c.  La réaction américaine : le nouveau contaiment.

1980- avec l’arrivée au pouvoir du républicain Ronald Reagan, un ancien maccarthyste, les États-Unis repartent en croisade contre l’URSS qualifiée    "d'’Empire du mal ".

En Amérique latine, les EU renversent le gouvernement pro-soviétique de Grenade, ils arment les contras qui déstabilisent le Nicaragua sandiniste, combattent les guérillas du Salvador, du Guatemala. En Afrique australe, ils soutiennent les rébellions anti-marxistes (Unita en Angola, Renamo en Mozambique), ils soutiennent le régime d’extrême droite d’Afrique du Sud.

Reagan relance la course aux armements avec le redéploiement des fusées Pershing2 et Cruise en RFA et au RU pour faire face aux SS 20 soviétiques, et surtout l’annonce en 1983, de l’IDS (Initiative de Défense Stratégique ou « guerre des étoiles »).

En 1980 les EU boycottent les jeux olympiques de Moscou et mettent l’embargo sur les céréales et divers matériels stratégiques à destination de I’URSS. En riposte, I’URSS et Cuba boycottent les jeux olympiques de Los Angeles en 1984.

Thème 2  :  LA DISSOLUTION DES BLOCS (1985-1991).

1. L’effondrement du bloc de l’Est.

Manuel, Hachette, doc 4, 3p 249; doc 2 p 248.

1.1    L’effet Gorbatchev.

Le 11 mars 1985, à 54 ans, Mikhaïl GORBATCHEV devient secrétaire général du PCUS. Après les gérontocraties de Khrouchtchev, Brejnev, Andropov, Tchernenko, on peut dire que c’est désormais un “jeune” qui préside aux destinées de I’URSS. Il considère que le vieil édifice communiste est lézardé et il veut changer les choses, réformer( perestroika = restructuration, refonte). La perestroïka doit se faire dans la transparence ( glasnost  ) , dans un soucis de démocratisation.

La course aux armements est ruineuse pour l’économie soviétique, Tchernobyl (25 avril 1986) exacerbe les peurs du nucléaire : le 8 decembre 1987, Reagan et Gorbatchev signent le traité de Washington qui élimine les armes de courte et moyenne portée (SS 20 et Pershing). Le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan est annoncé pour 1989.

Les tentatives de réforme et de démocratisation vont entraîner la déstabilisation complète de tout le bloc Est.

 

1.2 L'effondrement du bloc soviétique.

Les premiers signes apparaissent en Europe de l’Est :

 En   Pologne, Jaruzelski ne peut empêcher la montée en puissance du syndicat SolÎdarnosc qui avec l’Église catholique revendique et impose la tenue d’élections libres qui marquent la fin du communisme dans ce pays. La Hongrie s’engage dans la même voie, de même que la RDA. Le 9 novembre 1989, les dirigeants Est-allemands ouvrent le mur de Berlin et annoncent la tenue d’élections libres. La Tchécoslovaquie, la Bulgarie abandonnent le communisme, en Roumanie, le dictateur Ceausescu est exécuté. L’URSS a perdu son glacis stratégique.

1.3    L’implosion de l’URSS: le fait majeur du XXème siècle.

Manuel, Hachette, doc 4 et5 p 251

Contrairement à ses prédécesseurs, Gorbatchev n’a pas utilisé la force pour maintenir la domination de l’URSS. Il est vivement critiqué par les tenants de l’ancien système et accusé de faiblesse. Dans ce contexte, les nationalismes se réveillent dans les Pays Baltes, dans le Caucase. Face à un Gorbatchev affaibli et contesté, le nouveau président du Parlement de la Fédération de Russie, Boris ELTSINE, apparaît comme un contre - pouvoir. C’est d’ailleurs lui, qui très habilement prend la tête de la résistance au putsch communiste d’août 1991 à Moscou. En décembre 1991, I’URSS disparaît, 10 des 15 républiques décident de former la Communauté des États Indépendants (CEI). Le 25 decembre 1991, Gorbatchev, président d’un État qui n’existe plus, est contraint de démissionner.

 

2.  Le triomphe des États-Unis ?

 

2.1 La difficile reconversion en Europe centrale.

Le passage à l’économie capitaliste ne se fait pas sans difficultés à l’Est. La réunification est une affaire très coûteuse pour l’ex. RFA. Dans les pays de l’Europe centrale, certains hommes d’affaires se sont enrichis très rapidement, mais de puissantes mafias se sont constituées, pendant que la population s’est retrouvée confrontée à la misère (émigration vers l’Ouest, prostitution en Europe occidentale). Les communistes ne sont pas toujours complètement discrédités, beaucoup sont encore au pouvoir.

Toutes ces difficultés ont pour effet d’exacerber les sentiments nationalistes, ce qui provoque des éclatements de territoires, la multiplication d’États-nations, la balkanisation, des tensions (épurations ethniques, génocides..) exp :  l’ex. Yougoslavie.

 

2.2 Les États-Unis: nouveaux gendarmes du monde.

Les États-Unis sont désormais la seule superpuissance de la planète, c’est une nouvelle donne très importante en cette fin de siècle. Ils interviennent dans presque tous les conflits qui éclatent en divers points de la planète (Guerre du Golfe, Somalie, Kosovo, Timor Est...). Ils estiment avoir gagné la guerre froide, ne sont-ils pas tentés d’exercer une hégémonie sur toutes les régions du monde?